You are here: Home » ACTU » Les politiques énergétiques entre nucléaire et environnement

Les politiques énergétiques entre nucléaire et environnement

Partager avec vos amis (es)

Cas pratique : le nucléaire en question ???

L’accident de la centrale nucléaire de Fukushima au Japon relance le débat sur l’énergie nucléaire.

Le séisme en question a coûté plus de 200 milliards d’euros de pertes.

Le secteur agricole de la région de Fukushima, située à 250 Kilomètres au nord de la capitale Tokyo, a subit les conséquences avec des taux de radioactivité anormaux mesurés dans des aliments.

Les ministres européens de l’Énergie se sont réunis dernièrement à Bruxelles pour tirer les leçons des conséquences de l’accident nucléaire de Fukushima.

L’engouement pour cette énergie alternative et le développement du nucléaire pourrait être remis en cause.

La catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 qui est restée dans les mémoires, récemment celle de Fukushima a bouleversé les jugements et l’opinion publique obligeant les pays à réviser leur politique énergétique.

Au niveau mondiale, l’énergie nucléaire représente 15% de la consommation, mais la production est très variable d’un pays à un autre pour les pays développés.

La France, numéro un (1) du nucléaire avec ses 58 réacteurs, est très dépendante à cette forme d’énergie avec 78% devant l’hydraulique et les autres sources, c’est le même cas au Japon, 30% de son électricité provient du nucléaire.

En Italie on ne trouve pas de nucléaire (l’énergie électrique produite provient essentiellement du charbon, du gaz et du pétrole).

En Allemagne, cette énergie représente 20% de la production d’électricité. Les opposants et Green Peace sont nombreux à freiner de tels programmes.

L’accident de la centrale de Fukushima relance un débat déjà ancien, celui de la logique dans ce choix.

Les manifestations, les ONG vont accentuer le ton  pour dire non au nucléaire.

Faire de l’efficacité énergétique, les énergies renouvelables, sont autant d’atouts pour répondre aux besoins. C’est des volontés politiques, un exemple, l’Espagne l’a bien compris puisqu’en dix ans elle a atteint 40% d’énergie renouvelable ». Malgré que le développement des énergies renouvelables nécessite des investissements massifs.

En France, deux sondages contradictoires sur le gel et l’abandon du nucléaire diffuse la confusion totale. L’un demandé par Europe – Ecologie donne 70% des Français favorables à un arrêt complet, l’autre commandé par EDF montre que 55% des Français souhaitent la poursuite du nucléaire. Le débat est donc loin d’être bouclé.

iconicon

1 Comment

  1. Exactement les énergies renouvelables sont polluantes à plusieurs titres et ça sera difficile meme avec ces catastrophes de changer la donne et choisir des énergies moins polluantes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *